La première Basilique consacrée à l'Immaculée Conception de France


    En 1854, le Pape Pie IX promulgue le dogme de l'Immaculée Conception. Il confirme ainsi un culte présent et très populaire depuis les débuts de la Chrétienté, mais qui avait succité de vifs débats. En effet, l'Eglise était restée divisée sur le sujet, et certains grands saints s'étaient opposés fermement à cette dévotion à l'image de Saint Thomas d'Aquin ou Saint Bernard de Clairvaux. 

 

    Le Saint Père décrit le nouveau culte dans la bulle Ineffabilis Deus

 

« Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine, qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement, et constamment par tous les fidèles. »

 

 

Le Pape Pie IX (1846-1878)
Le Pape Pie IX (1846-1878)

    Dans le diocèse de Séez, 1819  voit la création d'un Petit séminaire. Cet établissement est dès ses origines consacré, à Marie conçue sans péché, et rencontre un franc succès. De nombreux élèves y sont instruits par des maîtres distingués, et la question de la constrution d'un digne lieu de prière se construit rapidement. Faute de moyens, il faut néanmoins attendre 1854 pour que l'abbé Pierre Desauney obtienne de Mgr Rousselet, évêque de Séez, l'autorisation de lancer une souscription afin de récolter les fonds nécessaires à la construction d'une chapelle. 

Mgr Rousselet, évêque de Séez (1844-1881)
Mgr Rousselet, évêque de Séez (1844-1881)

    La générosité des donnateurs permet de débuter les travaux dès le printemps 1855. Ainsi, la première fut-elle bénié par Dom Guéranger, abbé de Solesmes, le 26 mars 1855. 

Dom Guéranger, abbé de Solesmes
Dom Guéranger, abbé de Solesmes

    Malgré les difficultés rencontrées lors de l'établissement des fondations, la construction est rapide, et la chapelle est ouverte au culte dès le début de 1859. Une année auparavant, le Pape Pie IX avait offert à Mgr Rousselet les reliques de Sainte Léontide, martyre des premiers siècles, dont le corps avait été retrouvé dans les catacombes de Rome quelques années auparavant. L'évêque de Séez décide donc de confier les précieuses reliques à la chapelle de son nouveau Petit séminaire. Cependant, la translation solennelle n'eut lieu que le 22 mars 1868, lorsque le maître autel fut terminé.

 

 

Reliquaire de Sainte Léontide
Reliquaire de Sainte Léontide

 La consécration solennelle eut lieu le 7 mai 1872. Pour cette cérémonie, Mgr Rousselet était entouré une nouvelle fois de Dom Guéranger, abbé de Solesme et de Dom Timothée, abbé de la Grande Trappe de Soligny. Un très grand faste et une immense piété furent déployés pour cette occasion, et cette cérémonie resta longtemps gravée dans la mémoire des fidèles chrétiens du diocèse de Séez.

    En 1873, Mgr Trégaro, conscient d'être le premier évêque à avoir consacré une chapelle au nouveau culte, invite les fidèles de son diocèse à faire un pélerinage à la nouvelle chapelle pour fêter le jubilé de ses 30 années d'épiscopat. Dans la même dynamique, il désigne des prêtres pour desservir ce qui devient rapidement un sanctuaire extrêmement populaire. Il écrit : " Parmi les maîtres en retraite, on choisira des chapelains de Notre-Dame de Séez. Ils célébreront la messe pour les pélerins de neuf heures à midi, réciteront les évangiles, pourront confesser les étrangers, bénir les objets de piété, etc ".

 

   En 1881, il meurt, et Mgr Trégaro lui succède. Ce dernier ne tarde pas à comprendre toute la piété entourant le nouveau sanctuaire.

Mgr Trégaro, évêque de Séez (1881-1897)
Mgr Trégaro, évêque de Séez (1881-1897)

   En 1894, il obtient du Pape Léon XIII de couronner la statue de la Vierge. Le Saint Père lui écrit : "La supplique que l'on m'a présentée en votre nom montre quel grand désir vous avez de nous voir couronner d'un diadème de la Bienheureuse Vierge Marie conçue sans la tâche originelle, que l'on conserve dans l'église du même vocable, attenant au Petit Séminaire de votre ville de Séez, et que les fidèles de votre diocèse honorent d'un culte particulier. Or nous n'avons rien de plus à coeur de que d'exciter chaque jour davantage la piété du peuple chrétien envers l'immaculée mère de Dieu, et d'accroître par une éclatante distinction la gloire de cette église, la première élevée en France après la définition du dogme de l'Immaculée conception. Nous avons décidé bien volontiers de condescendre à vos voeux ... ".

 

   Dès qu'il eut ce document entre ses mains, Mgr Trégaro lança une souscription pour réaliser une couronne. Finalement, on pu en réaliser deux, une en vermeil et l'autre en or. Le couronnement eut lieu le 11 juin 1895, avec un grand concours d'évêques, de prêtres et de fidèles.

 

    Au premier anniversaire du couronnement, le 11 juin 1896, des petits séminaristes fondent une association qui devient l'Oeuvre de l'Immaculée Conception.

 

    L'annnée suivante, Mgr Trégaro mourrait. Il fut remplacé par Mgr Bardel. La veille de son intronisation, le nouveau prélat vint se récueillir à la chapelle du Petit Séminaire. Ce geste était de bon augure pour le jeune sanctuaire. 

 

Mgr Bardel, évêque de Séez (1897-1926)
Mgr Bardel, évêque de Séez (1897-1926)

    Et en effet, en 1902, Mgr Bardel se rend à Rome pour rencontrer le Pape Léon XIII. Il y apporte les voeux des prêtres et des fidèles du diocèse pour que la chapelle du Petit Séminaire soit érigée en Basilique Mineure. La supplique du prélat est soumise au Saint Père qui accepte le 1er mai 1902 après avoir consulté la Congrégation pour les rites.

Le Pape Léon XIII (1878-1903)
Le Pape Léon XIII (1878-1903)

   Par la suite, la Basilique subit le même sort que les autres églises de France. En 1905, elle devint propriété de l'Etat. Néanmoins, cette spoliation, puis de nombreuses années plus tard, la fermeture du Petit Séminaire, ne parvinrent pas à éroder la piété des pélerins, et depuis lors, les recteurs successifs et l'Oeuvre de l'Immaculée Conception ont continué à faire de cette Basilique un lieu de prière reconnu bien au delà des frontières de l'Orne.